Après neuf escales outre-Atlantique et en Europe*, Paris marque la dixième étape de l’exposition consacrée à Jean-Paul Gaultier. Bien rôdée, la rétrospective démarrée en 2011 se dote de nouvelles installations dans le fief parisien du couturier. De quoi enrichir notre regard sur le parcours avant-gardiste de ce créateur de mode qui se pique aussi de décoration. Rencontre en coulisses !

© Pierre et Gilles / Jean Paul Gaultier

© Pierre et Gilles / Jean Paul Gaultier

Un créateur qui bouscule

Surnommé « l’enfant terrible de la mode » dès ses premiers défilés en 1970, Jean Paul Gaultier débute avec le prêt-à-porter en 1976, puis fonde sa maison de haute couture en 1997.

Reconnu comme l’un des créateurs français les plus marquants de ces dernières décennies, l’homme se distingue par sa vision ouverte de la société où chacun peut s’affirmer sans discrimination. Curieux de toutes les cultures et contre-cultures, Jean Paul Gautier s’empare de l’air du temps, revendique le droit à la différence et invente de nouveaux codes dans l’art de porter et de faire la mode tous azimuts. Sous couvert d’humour et de légèreté, il s’amuse de tous les détournements, affectionne métamorphoses et transgressions, réinterprète en usant de son impertinence et de sa sensibilité. Il y a là une imagination débridée, matinée de drôlerie mais aussi de la virtuosité technique résultant de l’exceptionnel savoir-faire des métiers de la haute couture.

 

De multiples territoires créatifs

Si de toute évidence, cette rétrospective fait la part belle au travail du couturier, elle met en exergue son esprit inventif et audacieux dans sa diversité : mode, décoration, cinéma, danse contemporaine, variété française, pop internationale… On y explore ses sources d’inspirations qui, depuis le pavé parisien jusqu’à l’univers de la science-fiction, nourrissent et animent l’itinéraire imaginaire du couturier.

Fort de cet éclectisme, Jean Paul Gaultier trouve des passerelles légitimes sur tous les terrains y compris celui nous intéresse, la décoration. Là où la mise en scène crée le lien, il collabore avec des marques prestigieuses dont Roche Bobois depuis 2010, partenaire de l’exposition et Lelièvre depuis 2012. Occasion pour nous de lui demander quelles sont les clés de sa vision textile dans la décoration.

 

« Le textile, l’étoffe, le tissu, la fibre », quelles sensations évoquent ces mots pour vous, qu’il s’agisse de mode ou de décoration ?

Le textile, l’étoffe, le tissu, la fibre… évoquent pour moi le plaisir du toucher, du regard, et surtout beaucoup de sensualité quel que soit le secteur.

 

Jean Paul Gaultier : Mise en scène des produits Roche Bobois Exposition au Barbican de Londres

Jean Paul Gaultier : Mise en scène des produits Roche Bobois Exposition au Barbican de Londres

Qu’est ce que la signature Jean-Paul Gaultier dans le domaine de la maison ?

J’aborde les produits pour la maison comme des vêtements, parfois classique, parfois rock, parfois ethnique… Je n’y vois aucune limite !

Comment abordez vous l’univers de la décoration en termes                         de création ?

Toujours en pensant à mes envies, à mes besoins, quelque fois décalés, un peu comme un défilé. J’y insuffle la même audace que dans le vêtement.

 

Quelles sont vos sources d’inspiration pour le textile dans la maison ?       Se transposent-elles naturellement d’un univers à l’autre ?

Comme dans la mode, tout est source d’inspiration sans restriction aucune. Je citerais pour sources, le cinéma, les spectacles en tous genres, la photo, la rue et ses codes…

 

En termes de design pour l’aménagement intérieur, est-ce le même travail d’échelle, de couleurs, de graphisme et d’esprit ?

Oui, même si les supports souvent plus lourds en décoration sont totalement différents. Il est certain que les échelles pour les graphismes peuvent varier mais pour les couleurs et l’esprit, cela relève de la même approche.

 

Jean Paul Gaultier : mise en scène Roche Bobois au Brooklyn Museum à New York/©Michael Grimm Photography

Jean Paul Gaultier : mise en scène Roche Bobois au Brooklyn Museum à New York/©Michael Grimm Photography

Quel regard avez vous sur les textiles d’ameublement,                                     la passementerie… Quelle place donnez vous à ces savoir-faire dans la décoration ?

Forcément une grande place ! Tout savoir-faire, qu’il relève de l’histoire, de l’artisanat ou d’autres codes propres à l’exercice de la création, me sont totalement indispensables pour innover.

 

Avez vous un style préféré et comment vous en amusez vous ou êtes vous plutôt éclectique dans votre façon d’habiter ?

Je ne peux pas me borner à un style et je ne peux avoir d’autre réponse que celle d’être totalement éclectique pour composer ou réinterpréter l’histoire de mon intérieur comme bon me semble. C’est cette richesse qui m’intéresse !

Jean Paul Gaultier : Mise en scène des produits Roche Bobois Exposition au Barbican de Londres

Jean Paul Gaultier : Mise en scène des produits Roche Bobois Exposition au Barbican de Londres

 

Dans quel type d’intérieur êtes vous bien ou de quel type d’intérieur rêvez vous ?

Celui où chaque objet, meuble ou accessoire a sa place. Son histoire est parfois liée à un voyage, une rencontre, une situation… mais je n’exclus pas le confort ! En fait, tout est possible voire envisageable sauf le design pur et dur que je considère à mon goût trop catégorique et impersonnel.

 

Quels sont les indispensables de votre décoration ?

TOUT et RIEN à la fois !

 

Exposition Jean Paul Gaultier. Galeries nationales du Grand Palais (entrée Clemenceau) à Paris, du 1er avril au 3 août 2015. Exposition réalisée par le Musée des beaux-arts de Montréal avec la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, et la collaboration de la Maison Jean Paul Gaultier, Paris.

 

*Montréal où l’exposition a été initiée et mise en tournée par Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du Musée des Beaux-Arts de Montréal, puis Dallas, New York, San Francisco jusqu’à Melbourne, et pour suivre Madrid, Rotterdam, Stockholm, Londres et Paris.

 

Fangio Détail: Jean-Paul Gauthier chez Lelièvre

Fangio Détail/ Jean-Paul Gaultier chez Lelièvre

Jean Paul Gauthier chez Lelièvre

Jean Paul Gaultier chez Lelièvre

Jean-Paul Gauthier chez Lelièvre

Jean-Paul Gaultier chez Lelièvre

Mots clés : cinéma - couture - couturier - créateur de mode - création - danse contemporaine - Décoration - détournements - droit à la différence - du regard - éclectisme - exceptionnel savoir-faire - Exposition Jean Paul Gaultier - graphismes - invente de nouveaux codes - Jean-Paul Gaultier - la fibre - la passementerie - le tissu - l’air du temps - l’artisanat - l’enfant terrible de la mode - l’étoffe - maison de haute couture - métamorphoses - mise en scène - mode - parcours avant-gardiste - passerelles - plaisir du toucher - pop internationale - réinterprète - sensualité - sources d’inspirations - textile - textiles d'ameublement - transgressions - variété française - vision textile