Dans la lignée des sièges Louis XV élégants et confortables, le fauteuil cabriolet se distingue par sa légèreté. En 1740, date de sa création, il fait son entrée dans les salons comme fauteuil d’appoint.

1007 - Veraseta

1007 – Veraseta

Beaucoup plus léger que la bergère, le fauteuil cabriolet n’occupe pas la même fonction. Destiné à un usage plus quotidien, il est voué à être déplacé tout comme l’indique son nom, tout droit hérité de la voiture légère de l’époque qui comportait un siège à dossier cintré. Il se caractérise par le galbe de son dossier incurvé qui épouse la forme du dos pour en accroître le confort. Inscrit dans le design de l’époque, son ergonomie se double d’une autre fonctionnalité. Grâce à ses accotoirs en retrait, les dames peuvent s’y asseoir avec leurs encombrantes robes à panier. Considéré comme un siège « facile » que l’on balade à l’instar de la voiture éponyme, le fauteuil cabriolet reste un siège très peu décoré, décliné en bois naturel (souvent en hêtre) ou peint. Il glissera petit à petit du formalisme, issu de la rocaille à la sobriété du style « à la grecque » dont relève l’architecture néo-classique apparue dans la seconde moitié du XVIIIème siècle.

 

AMB01_T14039 - DEDAR

AMB01_T14039 – DEDAR

On fait salon !

Au siècle de Louis XV, les femmes régentent les salons parisiens. Le sens de l’élégance remplace celui du faste de Versailles sous Louis XIV. Le cérémonial fait place à la convivialité sans occulter le raffinement. Désormais, on reçoit de façon plus informelle pour philosopher, jouer, écouter de la musique, prendre le café ou le thé. L’époque réclame de la flexibilité et de la mobilité auquel répond un mobilier plus léger. C’est l’arrivée du guéridon, de l’écritoire, des tables à jeux, à café et du cabriolet. Plus modeste dans ses proportions donc plus maniable, ce fauteuil n’a d’autre rôle que « de servir » d’où sa dénomination de fauteuil d’appoint ou fauteuil courant. Il s’utilise pour accompagner les fauteuils meublants, ceux que l’on ne déplace pas. Il s’invite ainsi plus spontanément dans le cercle : au salon pour se mêler à une conversation ou rentrer dans la confidence d’une belle ou encore pour rejoindre l’assemblée autour d’une table de jeux ou se glisser dans un salon de musique. Dans les pièces intimes des appartements privés, on le rencontre plus fréquemment seul mais on peut aussi l’imaginer non loin d’un secrétaire à abattant ou d’une coiffeuse qui s’inscrivent dans la masse des petits meubles innovants de cette période.

 

Veraseta

Veraseta

Conçu pour suivre les saisons

Si l’époque de Louis XV fut une époque bénie pour les arts décoratifs, c’est aussi l’arrivée de la monture « à châssis » pour les sièges. Cette dernière permettant de changer la garniture facilement pour alterner le décor en fonction des saisons, hiver ou été. De quoi faire le bonheur des tapissiers ! Bien-sûr aujourd’hui, la réfection de ce type siège a un coût qu’il convient d’amortir sur plusieurs années. Moindre pour le cabriolet compte tenu de sa petite taille et de sa structure. Ici comme pour les sièges anciens, la rénovation s’opère selon les techniques traditionnelles avec des matières animales (crin) ou contemporaines avec des matières synthétiques (mousses). Et si au XVIIIème siècle, on adopte des tonalités claires sur les bois (bleu, blanc, vert clair), le noir s’avère aujourd’hui des plus chic ! Exit aussi les tapisseries de fleurettes, d’oiseaux et scènes champêtres de l’époque, l’heure est à la diversité avec des tissus tendances ou intemporels (faux-unis), avec ou sans passementerie.

Facile car petit, le cabriolet offre le meilleur support à la fantaisie. Reste à vous faire guider par votre tapissier !

Cabriolet - Au fil des matières

Cabriolet – Au fil des matières

Bisson Bruneel

Bisson Bruneel

Atelier d'Eléonore -Sièges Gauthier BD 03┬® Mathilde Mochon

Atelier d’Eléonore -Sièges Gauthier BD 03┬® Mathilde Mochon

 

 

 

Mots clés : 1740 - arts décoratifs - cabriolet - changer la garniture - convivialité - dossier incurvé - écritoire - élégance - fauteuil cabriolet - fauteuil d’appoint - flexibilité - guéridon - Louis XV - mobilité - monture « à châssis » - Passementerie - table à café - tables à jeux - tapissiers