LE TISSU, ACTEUR DE PROJETS SENSUELS ET PERSONNALISÉS !

Mixer les styles et les époques avec audace, telle est la signature de l’architecte d’intérieur-décorateur-designer Tristan Auer. Alors que son talent est salué pour sa prestation à l’Hôtel du Crillon, le salon Maison&Objet le consacre Créateur de l’année 2017 en septembre prochain. Une actualité aussi riche que l’est le tissu d’ameublement dans ses réalisations.

Portrait Tristan Auer

Créateur de lieux singuliers, comment le tissu d’ameublement participe-t-il à la création de vos décors ? Comment sert-il le fil conducteur de votre inspiration ?
Je m’attache à concevoir des lieux à chaque fois singulier, riche en émotions, à l’image de ses occupants. Loin de toute idée de dupliquer une recette, seules comptent l’écoute du client, l’attention à son style de vie, l’imprégnation des lieux, des volumes et de la lumière. Vient ensuite le temps des croquis et de la recherche de matières, pour tisser une histoire unique. Le tissu d’ameublement s’invite en premier lieu car il me permet ensuite « d’habiller » mes réalisations. Je le choisis en fonction des atmosphères que je souhaite décliner. Il sert ma réflexion pour construire un projet sensuel et personnalisé car c’est pour moi un lien tactile déterminant. Je commence toujours par une sélection de tissus, que je présente à mes clients. Leur choix viendra ensuite inspirer les autres matières comme les boiseries, les patines, les marbres, etc.

HOTEL LES BAINS ©GUILLAUME GRASSET

Quelle tonalité lui donnez-vous dans vos réalisations ?
Avant tout de l’élégance dans l’excellence d’un savoir-faire ! L’un ne va pas sans l’autre et c’est toujours une fascination pour mes clients étrangers. Si je reprends l’histoire du Crillon, mon cabinet s’est mis au service du palace pour rendre à la belle demeure du XVIIIe siècle toute sa noblesse. Je suis donc rentré dans l’histoire du lieu pour mieux le comprendre et comme au XVIIIème siècle, j’ai décidé de travailler en synergie totale avec les meilleurs artisans français. Nous avons créé le mobilier et les objets sur-mesure ce qui a donné lieu à une collaboration pointue avec des ébénistes, des tapissiers, des verriers, des éditeurs de tissus, etc. Ce qui importe dans la tonalité des choix, c’est la sensualité, l’alchimie avec le lieu. Je n’ai pas de parti-pris si ce n’est le bien-être de ceux qui vivent dans les lieux que je conçois.

HOTEL CRILLON

Que privilégiez-vous dans sa mise en scène pour créer des atmosphères uniques ?  
Côté mise en scène, il s’intègre à la palette des éléments que je privilégie, c’est à dire ceux avec lesquels on a un contact physique sensoriel comme le mobilier, les rideaux, les poignées de portes… Matières et matériaux se vivent comme de possibles caresses, de loin ou de près, si l’on est en contact avec eux. Je suis avant tout en quête d’harmonie dans une forme d’épure chaleureuse.

HOTEL THE COTTON HOUSE

Qu’est-ce qui oriente votre choix : motifs/unis, matières, couleurs, aspects, apport de passementerie… ?
Le tissu sert la construction d’un style approprié. Ainsi, seule la personnalité du projet que je crée, compte. Je ne me donne aucune limite stylistique car j’aime me laisser emmener vers de nouveaux horizons et explorer toutes les matières. J’aime les velours, les jacquards, le cuir… le tout dans une certaine sobriété avec un twist de fantaisie dans la forme ou la couleur. Par exemple au Crillon, pour le salon de coiffure, j’ai tapissé une alcôve de plumes de paon et de plumes noires, très style Madame Pompadour pour recevoir les clients VIP. Au Cigare Lounge, j’ai recouvert les murs de feuilles de papyrus évoquant par leur texture et leur couleur la cape des cigares. Dans le Boudoir, réservé aux alcools rares, comme le Cognac, les Armagnacs et autres, j’ai décliné une palette de bruns, d’auburn, en harmonie parfaite avec les flacons. Et, chez le barbier, clin d’œil à mon amour pour les belles voitures, j’ai opté pour un siège d’Aston Martin des années soixante. Dans tous ces lieux, le tissu est toujours en cohérence avec la palette des matériaux choisis car il l’impulse dès le départ.  

Maison Blue 2016 ©Yann Deret

Le salon Maison&Objet vous consacre « Créateur de l’Année » pour l’édition de sept. 17, quel est votre ADN dans l’art de vivre à la Française ?  
On peut me définir comme un décorateur tout-terrain, sans spécialité, éclectique dans ma capacité à aussi bien aménager une boutique de luxe (Puiforcat, Cartier…), un hôtel patrimonial ou ultra trendy (Le Crillon, Les Bains à Paris…), des résidences privées, etc. Je ne veux surtout pas m’enfermer pour m’offrir la possibilité d’explorer tous les territoires. Aucune règle, aucun parti-pris, aucune idée préconçue, c’est là mon ADN avec pour lignes directrices, la culture de l’audace, les liaisons intimes entre les styles et une affection sans limite pour le sur-mesure…

www.tristanauer.com