Plus qu’un artisan, nous avons rencontré un artiste lors de l’interview de Gabriel Ravet, Tapissier Décorateur dans l’Orne.

Un passionné de son métier, qui, en 51 ans de carrière, ne s’est pas levé un seul matin pour travailler mais pour s’adonner à son art. Amoureux de la poésie, il l’a place dans chacune de ses créations.

Il est un des rares à garnir de manières complètement traditionnelles ses créations, avec des matériaux comme le crin. Cousues entièrement à la main, chacune de ses pièces  représente en moyenne entre 100 et 200 heures de travail.  Un savoir-faire exceptionnel qui a valu à la Maison Ravet-Degomme le prestigieux Label « Entreprise du Patrimoine Vivant ». 

Restauration à neuf d’un canapé

Restauration à neuf d’un canapé

Quel est la qualité première d’un bon Tapissier ?

Sans aucune hésitation maîtriser les techniques académiques de base. Il y a trop de carences de formation dans les écoles actuellement. La formation se fait en 6 mois contre 3 ans ou 5 ans auparavant. Nous sommes totalement dans une société d’éphémérisation alors que c’est un métier de persévérance et d’abnégation. De plus un bon tapissier doit être un créateur, il est un sculpteur de fibre.

Long Island east Hampton aménagement d’une villa

Quel service apportez-vous à vos clients pour vous distinguer ?

De l’écoute. Il faut avoir un rapport à la sensibilité, à la psychologie. Il est important d’avoir une très bonne culture générale, littéraire, artistique et technique. Je ne vais pas créer un produit mais une entité personnalisée. Ce n’est pas du mimétisme comme le font les industriels, c’est une œuvre qui doit naitre. Celle-ci doit être l’écrin du client.

Long Island Amagansett aménagement d’une villa

Quelles références / pièces de mobilier sont les plus demandées aujourd’hui et pourquoi ?

Il s’agit de pièces des années 60. C’est le phénomène de mode actuel.

Long Island Amagansett aménagement d’une villa

Quel est votre Idéal en Décoration ?

J’ai des gouts très paradoxaux. J’aime particulièrement les influences orientales et les Omeyyades de Cordoue et la richesse de cette culture.

Quel est votre animal préféré ?

La bécasse… C’est un oiseau extraordinaire, victime d’une réputation fallacieuse.

Je suis un adepte de la chasse, je m’y rends avec mes chiens et nous entrons dans le jeu de la bécasse. Elle est rusée et met en place des stratèges pour ne pas être piégée. La nature nous offre comme ça des flashs d’intelligence.